C'est le mercredi 7 décembre que les bâtiments du Groupe aéronaval du Pacifique ont rallié Toulon, avec en tête le porte-avions "foch", portant la marque du contre-amiral Storelli, commandant cette force navale.

Les familles des équipages ayant participé à cette campagne avalent été largement conviées à ce retour grâce aux dispositions prises par là Préfecture Maritime. Aussi, une grande animation régnait-elle aux appontements de Milhaud, une animation Joyeuse après une longue séparation.

En fin de matinée, le contre-amiral Storelli recevant la presse à bord du "foch", a fait le bilan de la campagne effectuée en Polynésie par le Groupe dans le cadre des campagnes de tir du Centre d'expérimentation du Pacifique.

C'est un bilan positif qui nous a été présenté. Comme le contre-amiral Storelli l'a souligné, c'est dans des conditions réalistes que les bâtiments ont affronté l'expérience du danger atomique à la mer. En effet, la défense radiologique des équipages a été efficace, et en raison des missions qui lui avaient été confiées, le Groupe a eu, non seulement à surveiller la zone dangereuse et son espace aérien mais également à assurer une "disponibilité" constante. D'où des conditions de vie austères, souvent rudes, mais qui ont été supportées avec bonne humeur.

Le commandant du Groupe - dénommé aussi Force Alfa - a évoqué les deux transits, celui du retour ayant pour itinéraire la route du Cap Horn.

Il y a eu deux demi-campagnes de tirs, séparées par quelques semaines de détente. Ces semaines de détente ont fait l'objet de soins attentifs de la part du commandement. Des camps de repos ont fonctionné utilement, et à bord du "foch", des escorteurs d'escadre, et de "La Seine", de gros efforts ont été accomplis pour distraire les hommes. Mais ce n'est pas trahir la vérité que de dire l'excellente impression laissée par le premier contact que nous avons eu avec les équipages du Groupe aéronaval du Pacifique. Evidemment, la joie du retour était bien compréhensible. Mais, au-delà de cette joie, on décelait une grande satisfaction. Satisfaction d'ordre professionnel et militaire, car la mission a été menée à bien.

Quelques chiffres

L'amiral Storelli, après avoir rendu hommage à tout le personnel, a cité quelques chiffres.

Sur 260 jours de campagne, le "foch" a passé 167 Jours à la mer, et parcouru 67.000 nautiques. Le "Forbin", le " Jauréguiberry" et le "La Bourdonnais", ainsi que "La Seine", ont également à leur actif un nombre impressionnant de milles. Mais voici d'autres chiffres. L'aviation embarquée a accompli 7.437 heures de vols. Quant au ravitailleur d'escadre "La Seine" il s'inscrit pour 163 jours à la mer, 642 transferts de mazout, 130 transferts de vivres (soit 700 tonnes de vivres proprement dites et 2.273 hectolitres de vin). "La Seine" aura été vraiment la mère nourricière du Groupe...

Le Groupe

Ont regagné Toulon le 7 décembre,

- le porte-avions "foch", portant la marque du contre-amiral Storelli, et placé sous le commandement du capitaine de vaisseau Laure ;

- les escorteurs d'escadre "Forbin" (capitaine de vaisseau Petrochilo, qui est également commandant de la 6 Division d'E.E.), "Jauréguiberry" (capitaine de frégate Bouvière) et "La Bourdonnais" (capitaine de frégate Chaline) ;

- le ravitailleur d'escadre "La Seine" (capitaine de corvette Mioche).

Voici les unités de l'Aviation embarquée qui ont participé à la campagne : 9F (Bréguet-Alizé), 15F (Etendard), 31F (hélicoptères H.S.S.1.) et 23S (hélicoptères Alouette).

On sait que le bâtiment de soutien logistique "Rhin" et le pétrolier "Aberwrac'h" sont actuellement sur le chemin du retour.