Catapultage de l'Arromanches pour convoyage vers Hyères du TBM 3S 9F-5.
Equipage : LV LEMAIRE pilote, SM SARMIGUET radariste, Mtre DIF radio, Mtre BEAUJEAN passager.
Au Sud de la Sardaigne, baisse brutale de la pression d'admission et descente vers la mer. Mise de cap vers un cargo. Amerrissage par mer 5 (vent 30 núuds) que l'équipage estime "pas plus violent qu'un appontage".

Evacuation de l'appareil qui coule et essais infructueux pour gonfler le canot de sauvetage collectif. Le cargo allemand ANNIE HUGO STINNES manúuvre pour se rapprocher des naufragés.

"L'état de la mer rendant impossible toute tentative de mise à l'eau d'une embarcation, les quatre membres de l'équipage dont hissés à bord individuellement par des hommes affalés après un bout le long de la coque qui les agrippent et les élinguent pour être hissés à main d'hommes. Le bateau roulant bord sur bord envoyait les hommes successivement sous l'eau puis les ramenait en surface pour frapper contre la coque, les réduisant très rapidement à l'état d'épaves tout juste capables de s'agripper à un bout et de s'y cramponner. J'estime que les marins qui ont partagé notre sort au moment où ils nous élinguaient l'ont fait au péril de leur vie. Chaque sauvetage a duré de cinq à dix minutes." (LV Lemaire)

"On ne peut pas faire mieux que la réception qui nous fut faite à bord" (Mtre Dif)

Au reçu du message de détresse l'Arromanches fait route à vitesse maximale vers le point signalé par l'avion et met en l'air successivement deux patrouilles de TBM pour effectuer les recherches. Un navire anglais, puis d'autres bâtiments signalent le sauvetage de l'équipage par le ANNIE HUGO STINNES.

Les deux bâtiments venus bord sur bord, un hélicoptère piloté par le LV LOYER de la 23S est mis en l'air et, malgré des conditions difficiles (mer et vent violents, pont engagés par de nombreux mats de charge) réussit successivement les transbordements suivants : des vêtements secs, un cadeau pour le commandant et l'équipage du cargo allemand (une caisse de champagne et la photo dédicacée de l'Arromanches), un rescapé et les vêtements humides, deux rescapés et enfin le chef de bord du 9F-5.

L'Arromanches met le cap sur Alger après être passé le long du cargo et que l'équipage ait manifesté par des hourras ses remerciements pour le sauvetage.